La Maison des Tramwaymen (détaillé+illustré)

 

Situé au 18 rue du Poinçon, l’immeuble est investi depuis mars 2009 par l’Espace Magh. Il héberge, au tournant du XXe siècle, un négociant en cuirs et peausseries. En 1926 l’immeuble est acheté par la Coopérative du Personnel des agents de tramways du Brabant (III. 1) et « transformé grâce à un prêt des syndicats soviétiques »1 comme en atteste le n° 3 du 18 juin 1927 de l’Organe officiel de la Commission syndicale, Le Mouvement syndical belge (p. 188)2. C’est ainsi que naquit la Maison des Tramwaymen destinée à abriter le Syndicat des Tramwaymen, fondée par Pauwels en 1917 (le père du peintre Wilchar), que dirige alors Arthur Vercruyce.

Tramwaymen au travail

III. 1 : Tramwaymen au travail © DR


La Maison des Tramwaymen devint un « lieu privilégié de la sociabilité d’extrême gauche des années trente. Secours Rouge International (S.R.I.), Théâtre Prolétarien, Université Ouvrière, associations diverses d’immigrés y ont installé leurs bureaux, y tiennent réunion ou y donnent fêtes et représentations. »3 « Beaucoup de jeunes ont pris l’habitude de venir s’y attabler pour écouter les récits de réfugiés antinazis qui trouvent en ce lieu aide et solidarité tempérant leur exil. »4

Dans les années trente, l’actualité espagnole s’affiche en prélude à la Seconde Guerre mondiale. Des écrivains célèbres, prorépublicains, tentent de rallier l’opinion en entreprenant des tournées de conférences afin de promouvoir leur conception de la paix. La Maison des Tramwaymen accueille dans ce contexte André Malraux (Ill. 2) venu donner, le 8 février 1935, une conférence intitulée « Culture et révolution »5. Le 4 avril 1935, soit deux mois plus tard, ce sera au tour d’une autre grande figure littéraire de rallier la foule : Aragon (III. 3). Il y donne une conférence intitulée « Les écrivains dans les soviets », qui sera reprise dans son recueil de discours « Pour un réalisme socialiste ».

André Malraux Louis Aragon
III. 2 : André Malraux © DR III. 3 : Louis Aragon © DR

En 1936 un spectacle théâtral évoquant la situation en Espagne y est interprété. « La troupe de Piette présenta un « montage scénique » intitulé Espana. […] Wilchar6 en dessina l’affiche et Gaston Vernaillen en écrivit l’argument. […] Le spectacle se terminait sur un appel de solidarité avec l’Espagne républicaine et les Brigades internationales »7.

Le 10 octobre 1937, un important événement attira à nouveau la grande foule (Ill.4). Il s’agit de l’arrivée de Marcel Cachin (un des fondateurs du Parti Communiste Français, pilier du Front populaire, Directeur de L’Humanité). Sur le cliché8 on l’aperçoit (Ill.5) à la droite de Julien Lahaut (le futur président du Parti Communiste).

Commémoration Jacqmotte

III.4 : Commémoration Jacqmotte © CArCoB asbl – Archives Communistes (Bruxelles)

III. 5 : Commémoration Jacqmotte © CArCoB asbl – Archives Communistes (Bruxelles)

En réaction, « l’efficacité du travail syndical communiste parmi les étrangers [et] l’organisation de leur défense fut un souci permanent alors que régnait dans les mouvements traditionnels une xénophobie latente envers ces travailleurs dits parfois « exotiques ». [] Comme en France, ce syndicalisme communiste fut un élément essentiel dans l’intégration de bien des immigrés dans la société belge, mais aussi, inversement la raison de leur expulsion du pays… »9.

C’est bien dans ce contexte qu’il faut saisir les motivations du contrôle d’identité effectué par la Sûreté publique belge, le 22 mai 193910, à la Maison des Tramwaymen. Le rapport de police mentionne : « Avec la collaboration de la police locale et de la brigade d’information, nous avons procédé hier, à partir de 0 h 15 à l’identification de tous les étrangers présents dans le Café des Tramwaymen, rue du Poinçon à Bruxelles. » Parmi les 106 personnes contrôlées, pratiquement toutes juives, « 24 ont été écrouées par la police locale parce que dépourvues de papiers ou nanties de pièce d’identité non en règle ». Relevons les nationalités des 106 personnes présentes dans le café ce 22 mai 1939 : 38 Polonais, 26 Autrichiens, 22 Allemands, 3 Ukrainiens, 2 Yougoslaves, 2 Français, 1 Roumain, 1 Anglais, 1 Turc et 1 Bulgare, ainsi que 3 Bruxellois et 6 volontaires d’Espagne dont 3 proviennent de Hongrie, 1 d’Allemagne, 1 de Yougoslavie et 1 du Portugal.

En examinant la liste des personnes contrôlées, on peut y constater que pratiquement tous les volontaires des brigades d’Espagne, (6 sur 7), ont été arrêtés. Et que les Juifs allemands l’ont été dans une bien plus grande proportion, (9 sur 22), que ceux venus de Pologne (8 sur 38), et d’Autriche (1 sur 26). Méfiance maximale donc vis-à-vis des combattants communistes, considérés par beaucoup comme des terroristes, et des réfugiés allemands dans la mesure où certains d’entre eux pourraient être des espions à la solde du Reich. On se méfie enfin des réfugiés juifs en général qui, parce que nombreux, seraient susceptibles de provoquer de l’animosité en raison d’une possible concurrence sur le terrain de l’emploi et des sentiments antisémites existants.

Qu’arriva-t-il aux personnes « écrouées » mentionnées dans la liste ? Il faudrait procéder à des recherches plus approfondies pour le savoir, mais nous avons évoqué le fait que des maisons d’internement11 avaient été ouvertes dans le pays pour les personnes arrêtées pour ce type de « délis ». Il faut chercher la raison de cette sévérité envers les réfugiés dans le fait que le gouvernement souhaitait endiguer leur afflux. Ainsi le ministre de la Justice de l’époque, Charles du Bus de Warnaffe, avait noté dans ses Mémoires, rédigés entre novembre 1937 et mai 1938, « qu’un sérieux problème pourrait se poser chez nous si une politique vigilante et restrictive n’était pas adoptée à l’égard des Juifs. Politique vigilante, soumettant les activités supversives de nombre de Juifs à une surveillance étroite, et agissant sans pitié contre les Juifs étrangers abusant de l’hospitalité belge en se livrant dans le pays à des menées politiques. »12

Le Syndicat des Tramwaymen poursuivra son existence clandestinement durant la guerre, entre autres pour lutter contre le Service du Travail Obligatoire (STO) : « En décembre 42, un mouvement de grève se produit contre les déportations. […] Un journal [clandestin], Le Tram – De Tram paraît également qui fait notamment le point des collectes généreuses au profit des camarades emprisonnés »13.

À la libération, les Comités de Lutte Syndicale (CLS) organisèrent une conférence nationale. 1200 représentants de 400 entreprises s’étaient réunis dans la grande salle de la Maison des Tramwaymen à Bruxelles. En avril 1945 la fusion des syndicats déboucha sur la création de la Fédération Générale du Travail de Belgique (FGTB)14.

S’inscrivant dans la lignée des événements politico-culturels proposés avant-guerre dans la salle du Syndicat des Tramwaymen, nous avons retrouvé la trace d’une pièce donnée en 1945 par laTroupe de théâtre de l’Union Sportive des jeunes Juifs (USJJ), « Tevié le Laitier » (Ill. 6)15 de Cholem Alekhem. Parce qu’interprétée en yiddish il ne pouvait s’agir que d’une réaffirmation de la subsistance, au-delà des déportations et de l’extermination, de la communauté juive.

               III. 6 : « Tevié le Laitier » © Fonds UPJB / Collection du Ceges

Évoquons encore la manifestation antifranquiste organisée le 14 mars 1946 par Les Amis de l’Espagne Républicaine (Ill. 7 et 8) dont des photos sont conservées aux archives du Parti communiste. Le cortège emprunta le boulevard Émile Jacqmain. Le slogan de la manifestation était « Pour la rupture avec Franco – Combattants d’Espagne Républicaine ». Une série de photos prises de l’événement montrent la formation du cortège, la tribune pendant l’allocution de Julien Lahaut et la foule dans la salle (Ill. 9 – les orateurs). On y voit Paul Finet (qui deviendra Secrétaire général de la FGTB et de la Confédération internationale des Syndicats Libres), Norbert Hougardy (Membre du Front de l’Indépendance), Louis de Brouckère (qui vient d’être désigné, en 45, ministre d’État), Julien Lahaut, Pierre Seigneur, Walter Fonteyn (Dirigeant fédéral du Parti Communiste Belge (PCB)16 (Ill. 10 : la foule).

Manifestation
III. 7 : Manifestation au Bd Jacqmain © CArCoB asbl
– Archives Communistes (Bruxelles)
III. 8 : Calicot « Pour la rupture avec Franco » © CArCoB asbl
– Archives Communistes (Bruxelles)
Les orateurs La foule
III. 9 : Les orateurs © CArCoB asbl
– Archives Communistes (Bruxelles)
III. 10 : La foule© CArCoB asbl
– Archives Communistes (Bruxelles)

En guise de conclusion, nous avons vu à quel point la Maison des Tramwaymen (Ill. 11 et 12) fut un lieu important dans l’histoire du quartier et de la ville. Nous y avons croisé les ténors de la gauche syndicale, les amis des Républicains espagnols et des réfugiés principalement juifs ayant fui le nazisme. Nous avons suivi ces derniers là où ils pouvaient trouver de l’aide alors que les autorités belges, face à la montée de l’extrémisme, n’arrivaient plus à les protéger. Les maîtres mots rencontrés dans cette traversée de la première moitié du XXe siècle au Café des Tramwaymen sont sans l’ombre d’un doute « solidarité », « engagement », et « résistance ». Ainsi, à travers le temps et l’oubli, il est remarquable de constater, malgré les intermèdes dus au passage du temps, que la vocation inscrite dans ce lieu depuis les années 20 s’affirme encore aujourd’hui, dans une certaine continuité d’esprit, au travers des activités de l’Espace Magh.

La Maison des Tramwaymen Aujourd'hui, L' Espace Magh
III. 11 : La Maison des Tramwaymen © DR III. 12 : Aujourd’hui, L’ Espace Magh © D.W.

Daniel Weyssow
Fondation Auschwitz – Mémoire d’Auschwitz ASBL

1. José Gotovitch, Du rouge au tricolore. Résistance et parti communiste, Bruxelles, Labor, 1992, p. 43.
2
. Ce numéro peut être consulté en ligne sur le site de l’Institut d’Histoire Sociale (AMSAB-ISG) à l’adresse suivante : ftp://digital.amsab.be/pubs_serials/Le_Mouvement_Syndical_Belge_1918-1940/mouvsybe_1927/mouvsybe_1927_nr13.pdf
3
. José Gotovitch, Du rouge au tricolore, op. cit., p. 44.
4
. Id., p. 39.
5
. André Gide et Albert Mockel, Correspondance (1891-1938), Édition établie, présentée et annotée par Gustave Vanwelkenhuyzen, Genève, Droz, 1975, p. 316. Voir également le Cat. A.G., Bruxelles, n°334 reprenant l’article de Louis Piérard, « La visite en Belgique d’André Gide et d’André Malraux » publié dans le journal Le Peuple du 10 février 1935.
6
. De son vrai nom, Willem Pauwels (1910-2005), Wilchar, peintre et affichiste communiste, fut arrêté en 1943 par la Gestapo en raison de ses activités de résistant. Il exprimera après guerre la douloureuse expérience de son incarcération à Breendonk dans une série de gouaches et dans le film documentaire de 54′ que Richard Olivier lui a consacré en 1993 intitulé Les larmes noires.
7
. Paul Aron, « La Guerre civile en Espagne et les écrivains belges francophones : étapes d’une réception littéraire », in Revue belge de philologie et d’histoire, 1987, vol. 65, n° 65-3, pp. 581-603, ici p. 585.
8
. Commémoration Jacquemotte, 10-10-1937, Bruxelles, Maison des Tramwaymen. Légende des clichés : « Voici une photo de la foule qui se presse dans la grande salle de la Maison des Tramwaymen au moment où elle salue l’arrivée de Marcel Cachin par une vibrante Internationale ». Personnages : TAILLARD, Jean ; ? ; LAHAUT, Julien ; CACHIN, Marcel. Thèmes et sujets : Commémoration ; JACQUEMOTTE, Fonds CarCoB, 17 x 11,4. Date d’édition LVP 12-10-1937, Rangement CEB 1937, d’inventaire :19371010 0619-1 et 19371010 0619-2, (Dossier photographique).
9
. José Gotovitch, « L’opposition syndicale révolutionnaire et la Centrale révolutionnaire des mineurs », in Anne Morelli et José Gotovitch (dir.), Contester dans un pays prospère. L’extrême gauche en Belgique et au Canada, P.I.E. Peter Lang S.A., Éditions scientifiques internationales, Bruxelles, 2007, p. 85.
10
. Rapport et liste des personnes contrôlée édités sur le site www.jewishtraces.org/Tramwaymen2.htm jusqu’à sa nouvelle mouture survenue en 2012. La liste est dès lors reproduite en fin du présent article.
11
. Cf. J.-Ph. Schreiber, « L’accueil des réfugiés juifs du Reich en Belgique », op. cit., p. 61.
12
. Mémoires inédits de Ch. Du Bus de Warnaffe, p. 68, cité in J.-Ph. Schreiber, ibid., p. 75. Sur les sentiments antisémites de du Bus, voir Lieven Saerens, Vreemdelingen in een wereldstad. Een geschiedenis van Antwerpen en zijn joodse bevolking (1880-1944), Tielt, 2000, p. 212, cité par J.-Ph. Schreiber, ibid., p. 75.
13
. José Gotovitch et Rik Hemmerijckx, « De 1940 à 1948 : de la clandestinité à la FGTB », in « Fil rouge d’un siècle de syndicalisme », Dossier de la Fonderie, 1er mai 1998, FGTB Bruxelles, p. 61.
14
. Cf. Yves Godfroid, « Le Premier Mai 1946 », in « Fil rouge d’un siècle de syndicalisme », Dossier de la Fonderie, 1er mai 1998, FGTB Bruxelles, p. 57.
15
. Troupe de théâtre de l’ Union sportive des jeunes juifs(USJJ). « Tevié le Laitier », joué en yiddish dans la salle « Tramwayman » à Bruxelles en 1945. Fonds UPJB, Exposition « Herbes amères », UPJB, nov.- déc. 1989.Photographie, Collection du Ceges, Bruxelles, n° 101610.
16
. Annotations des photographies : Événement. Manifestation antifranquiste organisée par « Les Amis de l’Espagne Républicaine ». Date 14-03-1946. Lieu Bruxelles, Local Maison des Tramwaymen ; Boulevard Émile Jacqmain. Légende : Vendredi soir une grande manifestation antifranquiste s’est déroulée à Bruxelles. À gauche (5e cliché) la formation du cortège, au-dessous (1er cliché) la tribune pendant l’allocution de Julien Lahaut, en bas à gauche (8e cliché) un coin de la salle. Personnages : FINET, Paul ; HOUGARDY, Norbert ; DE BROUCKERE, Louis ; LAHAUT, Julien ; SEIGNEUR, Pierre (1er cliché) ; FONTEYN, Walter (2e cliché) ; FONTEYN, Walter (3e cliché) ; FONTEYN, Walter (4e cliché). Thèmes et sujets Antifranquisme ; Manifestation ; Drapeau ; Panneau ; Calicot ; Amis de l’Espagne Républicaine ; Front de l’Indépendance. Remarques Texte : « Pour la rupture avec Franco ; Combattants Espagne Républicaine ». Fonds CarCoB. Source Le Drapeau Rouge. Format 18 x 13. Date d’édition DR 16 ; 17-03-1946 (1er, 5e et 8e clichés. Rangement ZEB 1946. N° inventaire Carcob :19460314 0327-1 à 4. (Dossier photographique).

Le Rapport de la Sûreté Publique Belge – 22 mai 1939 17

« Avec la collaboration de la police locale et de la brigade d’information, nous avons procédé hier, à partir de 0H.15 à l’identification de tous les étrangers présents dans le café des Tramwaymen, rue du Poinçon à Bruxelles.

Cette opération n’a donné lieu à aucun incident.

Ci-dessous la liste des étrangers identifiés dont 24 ont été écroués par la police locale, parce que dépourvu de papiers ou nantis de pièce d’identité non en règle.
Nous tenons à faire remarquer que le tenancier du café des « Tramwaymen » ne nous a pas caché sa sympathie quant à l’opération précitée en raison de la présence constante dans son établissement de nombreux étrangers dont les dépenses sont minimes si pas nulles et aussi à cause des perturbations qu’ils provoquent dans l’établissement, ce qui éloigne la bonne clientèle.

Les agents de recherches,

Husson, Lusson, Maquet, Claes, Dauginet, Schmitz, Charles.

L. PONCIN Contrôleur des recherches  »

LISTE :

Liste de la police
III. 13 : Un extrait de la liste
Nom Prénom Lieu de naissance Date de naissance Adresse N° de dossier Annexe Statut après le contrôle
Alexander Arthur Bochum 01/03/1911 132 rue Gallait A 311053 Libre
Albineri Gustave Vienne 26/08/1883 29 rue Notre Seigneur A 314.431 Laissez-passer valable jusqu’au 15/01/39 Libre
Benjamin Erich Ratibor 28/12/1892 79 rue des Foulons A 343.003 Libre
Berg Karl Gondersheim 09/09/1879 Tremeloo « home Vercruyce A 339.933 Libre
Bero Constant, Antoine Bruxelles 24/03/1914 5 rue du Miroir Monteur en chauffage, Belge Libre
Bieu Chaïn Koloméa 06/08/1899 14 Avenue du Midi A 298.745 Libre
Blass Julien Vienne 16/09/1900 64 rue du Sergent Debruyne A 298.747 avec son épouse Duchkowitz Laura née a Vienne le 05/05/1903 Libre
Brukasch Rose Varsovie 05/10/1898 Apatride A 313.469 Feuille de route valable au 15/07/39 Libre
Charap Edouard Jezierna 04/04/1915 66 rue Montserat A 300.520 Ci-joint laissez-passer périmé et certificat fonds Matteotti Libre
Cymerman Szmul Dzialosyn 15/05/1904 11 rue Van Helmont 1.520.275 Libre
Ebenstein Hugo Vienne 14/12/1920 70 rue Terre Neuve A 335.257 Libre
Eilenderova Regina Taceve 10/10/1914 52 rue Aug. Gevaërt A 285.558 Servante Libre
Feiertag Ludwig Munich 06/10/1900 3 rue Curens A 302.330 Libre
Frost Ignatz Vienne 27/01/1913 11 rue Vlogaert A 313.705 Libre
Gajer Efraïm, Fissel Varsovie 28/03/1904 17 rue du Dam 1.549.156 Libre
Gauch Willy, Kurt, Ernst Berlin 25/04/1909 135 boulevard de Waterloo A 86.861 ex-volontaire en Espagne Libre
Gemeiner Emile Vienne 29/01/1911 26 rue du Doyenné A 296401 Libre
Gyarmati Gustave Vienne 15/09/1908 61 rue de Merode A 300.649 Libre
Heller Heinrich Vienne 07/03/1912 39 rue du Vautour A 297.442 Feuille de route jusqu’au 30/06/39 Libre
Hirszberg Jacob, Cadek Zarki 25/08/1900 16 rue du Miroir 1.577.003 Libre
Klibanski Nathan, Jacques Bruxelles 26/10/1912 94 rue Bodeghem Belge Libre
Klawer Moritz Cologne 06/09/1926 55 rue du Vautour A 339.996 Attestation d’inscription Libre
Kain Léopold Vienne 21/08/1909 58 rue Terre Neuve A 334.996 Attestation d’inscription Libre
Krings Wilhelm, Johann Cologne 05/06/1921 Rue Gallait A 331.618 Feuille de route Libre
Kuc Pierre Szopienci 26/06/1915 63a rue de Mérode 1.286.884 Libre
Hofrichter Rudolf Cologne 05/01/1920 92 rue des Foulons Feuille de route valable 31/08/39 Libre
Leibowicz Mendel Wole Sakowa 08/12/1901 122 rue du Midi 1.596.205 depuis un an sans insription Libre
Lichtenthal Alfred Berlin 02/11/1911 16 Bd Poincaré A 305543 Libre
Ligeti Herta Vienne 11/11/1920 323 rue Haute A 316.090 Laissez-passer Libre
Lissiki Theodora Cologne 14/11/1914 46 rue Sergent Debruyne écrouée Depuis 4 mois sans inscription Libre
Mainemer Joseph Zeleska 08/04/1897 10 rue Brogniez 1.630.173 marchand ambulant Libre
Mantel Chaskel Tarnogrod 05/05/1910 42 rue des Riches Claires A 82044 Libre
Morofsky Abraham Londres 02/02/1914 25 avenue Rogier Libre
Max Michael Pilgersdorf 12/03/1891 25 avenue Fonsny A 335.678 époux Wiser Hermine Libre
Podsieldik Stephan Ksawera 10/07/1910 5 rue Porte Rouge 1.449.565 Libre
Popower Henoch Varsovie 24/08/1919 6 rue Botanique A 267.592 Feuille de route valable jusqu’au 31/08/39 Libre
Potasiewicz Joseph; Leib Brdzin 28/01/1896 85 rue Joseph Claes A 267.592 Libre
Rodriguez Constantin Bagnolet 15/03/1920 11 impasse Vanderlee A 284.658 Libre
Rohrlapper Walter A 152.890/ S.E.17862 Journaliste allemand au « Vooruit », a donné 200 fr au nommé Degliana, Marcel qui a été écroué, ce dernier possédait une lettre déstiné a Szmulewicz, Max; 78 avenue de Boendael Libre
Rosnacki Meyer Lomza 1899 18 rue Godefroid de Bouillon 1.243.905 Libre
Rosenberg Friedrich Kassel 12/09/1910 A 295.242 Feuille de route valable jusqu’au 01/07/39 Libre
Rosenkranz Adolf Vienne 21/02/1898 A 335.360 Inscrit sur le registre des étrangers à Bruxelles depuis le 17/01/39 Libre
Samin Armand Bruxelles 04/08/1915 62 rue du Marché au Charbon Libre
Schorr Oskar Vienne 15/08/1885 44 rue Hôtel des Monnaies A 302.012 Libre
Seidler Israel, Elie Tarnopol 10/12/1893 89 rue Bodeghem A 308.806 Libre
Sommerhauer Maria Vienne 23/04/1912 61 rue de Mérode A 300.649 épouse Gyarmati Gustave Libre
Sontag Heinrich Lemberg 25/03/1914 323 rue Haute A 309.621 Libre
Spira Max Berlin 17/08/1913 4a rue Mercelis A 311.177 Libre
Stern Léopold Vienne 21/09/1902 426 avenue de Volxem A 320.037 Libre
Sternreich Joseph Poganska Wola 23/06/1886 11 rue Van Helmont 1.571.995 Libre
Strauss Ludwig Bad Salzchlief 29/11/1905 24 rue de l’Eglise A 106.866 Libre
Szerman Figla Kucow 1904 11 rue Van Helmont 114.277 Libre
Szpitalnik Jacob, David Varsovie 15/02/1902 60 rue Joseph Claes 1.288.043 Libre
Valariola Léon Constantinople 15/02/1878 103 rue des Minimes 650.325 Libre
Vrba Franz Vienne 26/11/1906 120 rue Beckman A 307.630 Libre
Wagner Oscar Vienne 10/02/1923 25 avenue Fonsny A 313.641 Libre
Wagner Simon Jczierczany 05/10/1889 A 313.469 Feuille de route valable jusqu’au 15/07/39 Libre
Wald Esther, Hudes Tarnow 22/06/1912 10 rue Brogniez A 28897 Libre
Weinbach Simon Zolyna 12/12/1897 57 rue Jourdan A 306.068 Libre
Wilk Hans Gotha 17/08/1899 137 rue Rempart des Moines A 266.958 Libre
Wolberg Zygla Gestochowa 20/01/1903 18 rue Godefroid de Bouillon 1.527.503 Libre
Blicblum Lajb Sulejow 15/06/1907 169 rue Terre Neuve 1.579.995 Libre
Brill Samuel Boryslaw 09/07/1888 22 rue d’Angleterre à St Gilles A 308.843 Libre
Broch Ernst Vienne 09/06/1892 57 rue d’Artois A 344.888 Libre
Berger Samuel Przemysl 19/01/1896 26 rue George Moreau A 297.810 Libre
Chlewitzki Jacob, Joseph Bendzin 27/02/1896 16 rue du Miroir 1.560.661 Libre
Goldstein Abraham Garsolin 16/11/1879 21 rue des Bassins 1.129.508 Libre
Gerber Margarite Vienne 13/06/1904 16 rue de l’Hectolitre A 334.617 Libre
Gunser Ludwig Vienne 02/07/1904 29 rue de la Chaumière A 299.844 Libre
Hand Karl Vienne 03/09/1898 61 rue du Danemark A 315.973 Libre
Hilsenrath Wolf Koloméa 22/03/1889 81 rue Joseph Claes A 304.175 Libre
Hermann Rudolf Vienne 19/03/1901 A 303.347 Libre
Kurzer Erich Vienne 14/12/1912 29 rue de la Chaumière A 299.199 Libre
Kurzer Charlotte Vienne 09/04/1910 29 rue de la Chaumière A 299.841 épouse Gunser Ludwig Libre
Lewita Icek, Benjan Varsovie 06/11/1890 6 rue Gilbert 1.189.494 Libre
Lejbson Maurice Varsovie 25/11/1904 32 avenue du Midi 1.512.985 Libre
Schlesinger Hélène Vienne 22/09/1896 57 rue d’Artois A 344.888 épouse Broch Ernst Libre
Schimmelmann Isidor Senheim (Moselle) 29/11/1883 94 rue des Foulons A 341.973 Libre
Szerman Dwojra Olhusz 27/07/1906 7 rue de Quaetrecht A 5075 Libre
Sperling Walther Vienne 22/09/1896 26 rue de Russie A 299.330 époux Hirschmann Franzi Libre
Vas Edmund Nyiergyhaza 12/01/1881 70 rue Terre Neuve A 307616 Libre
Vajdenfeld Isucker, Ber Varsovie 20/02/1897 318 rue de Mérode 1.453.084 Libre
Zimmer Anton Jankow-Most (yougoslavie) 13/04/1903 résidant s/i 39 rue de l’Economie, Bruxelles Employé d’hôtel ; ancien volontaire d’Espagne. Ecroué
Kratofil Stephan Petrograd (yougoslavie) 26/11/1911 A 346.697 Marin arrivé ce jour en Belgique, cél, ancien volontaire en Espagne Ecroué
Duldner Kurt Vienne 09/01/1923 dem.s/i 136 rue Brogniez Anderlecht A 324.324 Etudiant Ecroué
Gameri Gonzalez Evora (Portugal) 05/01/1914 o/ en bouchon, résidant en Belgique depuis 3 jours dans hôtels ignorés, ancien volontaire d’Espagne, cél Ecroué
Cohn Herman Berlin 28/03/1923 dem.s/i 4 rue Terre Neuve A 257.695 Agent de voyages, cél Ecroué
Lichtenthal Alfred Berlin 02/11/1911 ayant demeuré 16 Bd Poincaré à Molenbeek-St-Jean A 305.543 venant de Liège, menuisier, cél Ecroué
Lipszyc Léon Czestochowa (Pologne) 10/03/1908 1.508.995 Déclarant venir de France ce jour, serrurier, cél Ecroué
Andor Auréli Nova Capella (Hongrie) 25/09/1889 34 rue aux Choux, Bruxelles 1.641.780 époux, Isaac, mécanicien, ancien volontaire d’Espagne Ecroué
Leibowicz Mendel Wola Sakowa (Pologne) 08/12/1901 122 rue du Midi, Bruxelles 1.596.205 Voyageurs de commerce, cél Ecroué
Frank Léopold Szatmar (Hongrie) 05/04/1871 Négociant arrivée en Belgique depuis le 21/05/39, ancien volontaire d’Espagne, veuf Ecroué
Munck Georges Dortmund (Allemagne) 15/01/1897 A 187.799 Mécanicien, arrivé ce jour d’Allemagne sans aucune pièce d’identité. Célibataire Ecroué
Marunde Paul Fatseu (Allemagne) 19/08/1895 A 345.614 époux Hoffman, serrurier arrivé en Belgique depuis le 21/05/39 Ecroué
Goldmann Maria Cologne 20/10/1919 dem s/i 96 rue du Marché A 349.628 ouvrière, cél, en Belgique sans inscriptions depuis 7 mois Ecroué
Lisski Theodora Cologne 10/11/1914 dem s/i 46 rue Sgt Debruyne, Anderlecht A 343.762 ouvrière, cél Ecroué
Benet Mordka Przytyk (Pologne) 1907 dem 59 rue de la Roue, Bruxelles Tailleur Ecroué
Goldsztajn Gerszek Grobrisk (Pologne) 1909 dem 30 rue de Rome à St Gilles A 329.727 Commerçant, cél Ecroué
Etleny Nicolas Nagykanezza (Hongrie) 27/09/1910 A 299.754 Tricoteur, arrivée en Belgique ce 22/05/39, Ancien Lieutenant à la brigade internationale d’Espagne Ecroué
Kuckartz Wilhelm Dudweiler (Allemagne) 10/10/1898 époux Hossock, Ella, fermier arrivé depuis le 20/05/39, s’est déclaré réfugié d’Allemagne, avoir résidé en Tchecoslovaquie, puis après s’être caché en Allemagne, être venu en Belgique le 20/05/39 Ecroué
Varenberg Samuel Jaroslaw (Pologne) 21/08/1901 dem s/i 50 rue Van Lint, Anderlecht 1.504.918 cél, voyageur de commerce, en possession d’une invitation à une réunion de J.G.S à Bruxelles Fait partie du cercle culture de l’art dramatique israelite, 17 rue du Poinçon Ecroué
Ktawczyk Roman Varsovie 08/08/1893 époux Kuperwaser, Anna verrier arrivé ce 22/05/39 en Belgique Ecroué
Brandstater Michel Dzaloschutz (Pologne) 07/08/1899 16 rue du petit Rempart, Bruxelles A 333.551 cél, négociant Ecroué
Koob Oscar Karlsruhe (Allemagne) 08/06/1890 1.050.537 veuf, chimiste, arrivé en Belgique ce 22/05/39, réfugié de la Sarre Ecroué
Degliaene Marcel Varsovie 03/04/1912 Cél, bonnettier, venant de Paris ce 22/05/39 Ecroué
Prislan Otta Kolbermoor (Allemagne) 25/05/1902 59 rue de la Caserne, Bruxelles cél, coiffeur Ecroué

17 (Document conservé aux Archives Générales du Royaume dans la collection Police des étrangers dans le dossier de Régine et Rosalie Eilender coté A285.558.Dans la liste ci-dessous le N° de dossier correspond à celui de l’Office des étrangers à Bruxelles.)