Le couvent du Très Saint-Sauveur à Anderlecht

 

Action dirigée par Paul Halter à l’Avenue Clémenceau, 70 à 1070 Bruxelles
Paul Halter a 19 ans lorsque l’Allemagne nazie envahit la Belgique, le 10 mai 1940. Pour retrouver ses parents qui ont quitté Bruxelles, il se rend avec son frère Sam à Vichy où il rencontre le ministre des affaires étrangères Paul-Henri Spaak en partance pour Londres. Celui-ci lui suggère, plutôt que de tenter de le suivre, de rentrer en Belgique pour résister à l’occupant. Fort de ce conseil, à son retour quelques jours plus tard, il commence par réactiver dans la clandestinité la section des Faucons rouges (un mouvement de jeunesse socialiste) à laquelle il appartenait et qui lui avait apporté bien des joies, avant d’intégrer, en 1941, les Partisans armés. Rapidement promu commandant de compagnie, il organise de nombreuses « actions », dans le but de se procurer des armes et des cartes de ravitaillement ou d’éliminer des collaborateurs…

Plaque commémoratif, Avenue Clémenceau, 70

Le 70 avenue Clémenceau à Anderlecht © Daniel Weyssow/Mémoire d’Auschwitz asbl

Le 20 mai 1943, un de ses amis, Bernard Fenerberg, apprend par la cuisinière de l’abbé Bruylants, à la paroisse Notre-Dame Immaculée à Anderlecht (12 rue Dr De Meersman) où il se rendait parfois à midi pour y déjeuner, que la Gestapo était descendue, suite à une dénonciation, au couvent du Très Saint-Sauveur, avenue Clémenceau, pour y emmener les enfants juifs qui y étaient cachés, soit plus de quatorze jeunes filles d’environ deux à douze ans et leur accompagnatrice. Les sœurs arrivèrent à repousser temporairement les gestapistes, qui étaient menés par Icek Glogowski dit le « gros Jacques », en leur expliquant qu’elles avaient besoin de temps pour réunir leurs affaires. Leur réaction fut inespérée puisqu’ils acceptèrent de s’en aller pour revenir le lendemain. Via Toby Cymberknopf, Paul Halter est prévenu à son tour. Sans avoir le temps d’informer ses supérieurs, aidé de ses deux compagnons précités et d’Andrée Ermel, Jankiel Parancewicz et Floris Desmet, il décide sur le champ d’intervenir. La nuit tombée, armés, ils entrent dans le couvent et ligotent la Mère supérieure avec le fil du téléphone pour lui éviter d’être accusée de complicité par la Gestapo. Quatorze enfants (d’autres ayant été immédiatement récupérés par des parents au courant de l’action en cours devant le couvent) sont ensuite conduits et logés principalement dans le quartier des Marolles, rue des Tanneurs et rue Terre-Neuve où les parents de Bernard Fenerberg disposent d’un atelier. Le Comité de Défense des Juifs récupéra les enfants le lendemain. Une plaque rappelant le sauvetage a été apposée le 20 mai 2003 sur la façade de l’ancien couvent aujourd’hui occupé par la congrégation des « Petits frères de l’Évangile ».

D.W.

Avenue Clémenceau, 70
Le 70 avenue Clémenceau à Anderlecht © Daniel Weyssow/Mémoire d’Auschwitz asbl